La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Dossiers sur les collections

LA PRODUCTION

Nouvelles 1963-08-13 _capture d'ecran

Émission de télévision : Projection (extrait).
4 octobre 1963. Société Radio-Canada. Cinégramme copié sur support vidéo. En anglais. Durée : 6 min 30 s.
Claude Jutra expose sa façon de travailler lors du tournage d’À tout prendre, plus particulièrement de sa collaboration avec les caméramans Michel Brault et Jean-Claude Labrecque. Il rend aussi hommage à Robert Hershorn qui l’a aidé financièrement à terminer son film. Deux séquences du film sont ensuite présentées : Johanne et Claude au lit et lors d’une sortie dans un cabaret.

À tout prendre est un film d’auteur, tourné avec une ferme volonté d’indépendance et de liberté, mais aussi avec son lot de problèmes financiers inhérents à la nature même de ce type de réalisation. Claude Jutra emprunte 15 000 $ à la Banque Canadienne Nationale avec des cautions fournies notamment par son père, le Dr Albert Jutras, et son beau-frère, le Dr Guy Duckett. Il mettra plusieurs années à rembourser ce prêt malgré les réclamations nombreuses et assidues de la banque.

De plus, si ce n’était des collaborateurs et camarades se passionnant pour ce projet — et qui y travaillent bénévolement —, Jutra n’aurait pu réaliser son film. Les Brault, Labrecque, Gosselin, Carrière, Nold, Adam et plusieurs autres, dont la majorité des comédiens, deviennent en quelque sorte les coproducteurs du film. En cours de parcours, il tente cependant de trouver un financier privé qu’il pourra associer à sa démarche. Il le découvrira en la personne de Robert Hershorn, un homme d’affaires montréalais qui veut s’investir dans les activités artistiques et culturelles.

Plus tard, l’obtention d’une subvention de 6 000 $ du ministère des Affaires culturelles du Québec, la première offerte à un cinéaste, l’aidera à assurer la finition du film, notamment son gonflage en 35 mm.

Les documents d’archives, répertoriés sous cette rubrique, comprennent notamment un bref devis du projet, une proposition pour la recherche d’un coproducteur, une anticipation des revenus d’exploitation, quelques exemples de factures, des contrats avec l’Union des artistes, une correspondance entre Claude Jutra et Éric de Bayser — qui fera office de comptable de production —, un journal de comptabilité détaillé tenu justement par De Bayser et deux lettres de Jutra adressées à François Truffaut l’incitant à participer à la production d’À tout prendre.

1984_0049_10_SC_03Note sur le projet du film.
28 mai 1962. Signée par Claude Jutra. Coll. Cinémathèque québécoise. 1984.0049.10.SC.
Sous le titre de travail Le tout pour le tout, Claude Jutra expose son projet de film, réalisé en grande partie, dans le but d’en compléter le financement. Il résume la situation financière de la production, sa façon de tourner avec peu de moyens, mais avec de précieux collaborateurs, dont Michel Brault, spécialiste de la caméra légère.

VOIR L’ENSEMBLE DES DOCUMENTS

> Financement

> Contrats et lettres

> Comptabilité (carnet, factures et bilan)

> Vidéos

Dossier réalisé avec la collaboration de