La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Médiathèque

Pour accompagner certains programmes, cycles thématiques ou rétrospectives importantes, la Médiathèque prépare des « Repères bibliographiques ». Vous pouvez les consulter ici.

№.90, Alain Resnais


ALAIN RESNAIS

12 AVRIL – 10 MAI 2014


RESNAISresnais-A

« Depuis son premier long métrage, Hiroshima mon amour (1959), Resnais s’est placé en marge du cinéma dominant son époque, sous l’influence de la Nouvelle Vague, pour proposer un univers héritier des autres arts (littérature, théâtre, bande dessinée) et profondément ancré dans une culture à la fois classique et populaire. »
– Jean-François Hamel. « L’art de l’illusion : Alain Resnais et le théâtre ». Ciné-Bulles, vol. 31, no 1, hiver 2013, p.32.

« Mon but est de mettre le spectateur dans un état tel que huit jours, six mois ou un an après, placé devant un problème, cela l’empêche de tricher et l’oblige à réagir librement. »
– Alain Resnais. Alain Resnais. Lyon : Serdoc (Premier plan), 1961, p.44

ENTRETIENS

Benayoun, Robert ; Ciment, Michel ; Pays, Jean-Louis ; Demeure, Jacques ; Thirard, Paul-Louis. « La Guerre est finie : entretien avec Alain Resnais ». Positif, no 79, octobre 1966, pp.18-69. Ill.
Alain Resnais et Jorge Semprun s’entretiennent sur LA GUERRE EST FINIE : son aspect politique, la psychologie des personnages, leurs influences et les aspects techniques du film. Suivis par quatre critiques du film.

Borde, Dominique ; Tranchant, Marie-Noelle. « Le carré d’as d’un cinéaste facétieux ». Le Figaro, no 19379, mercredi 22 novembre 2006, p.32.
Quatre comédiens fétiches d’Alain Resnais racontent leurs collaborations avec le cinéaste, sur le thème de la solitude.

Gerstenkorn, Jacques. « L’art de la composition ». Vertigo, no 1, novembre 1987, pp.65-72. Le cinéaste discute de la construction de ses films, du montage, des récits et des thèmes récurrents dont celui du suicide.

Jousse, Thierry. « Alain Resnais et la musique de cinéma ». Cahiers du cinéma, Hors-série, 1995, pp.7-13. Ill.
Le cinéaste Alain Resnais parle du rôle de la musique au cinéma et évoque ses collaborations avec divers compositeurs.

La Rochelle, Réal. « Quand le dialogue devient chant : entretien avec Alain
Resnais ». Positif, no 437-438, juillet – août 1997, pp.10-20. Ill.
Discussion avec Alain Resnais autour de la comédie musicale aux États-Unis et en France ainsi que sa propre intégration du chant dans ses films.

Thomas, François. « Alain Resnais : les fantômes de la Grande-Jatte ». Positif, no 514, décembre 2003, pp.81-87. Ill.
Le cinéaste Alain Resnais discute de la réalisation de son film PAS SUR LA BOUCHE.

Thomas, François. « Entretien avec Alain Resnais : de la littérature de catacombes à la destruction de la planète ». CinémAction, hors-série, été 1990, pp.236-251. Ill.
Alain Resnais s’entretient sur son rapport à la bande dessinée.

Wetzel, Thierry. « Alain Resnais : le décor de film est partie intégrante de l’histoire ». Technicien du film et de la vidéo, no 344, 15 février – 15 mars 1986, p.23. Ill.
Alors que les studios français connaissent une grave crise, Alain Resnais continue à travailler en studio, préférant le décor au réel.

MONOGRAPHIES

Alain Resnais. Lyon : Serdoc (Premier plan), 1961, 93p. Bibliogr. ; Filmogr. ; Ill.
Six proches collaborateurs d’Alain Renais répondent à une enquête dans le but d’apporter des éclaircissements sur celui-ci. Suivie d’un long entretien avec Alain Renais.

Alain Resnais, l’art du jeu. Paris : Les Inrockuptibles, 1997, 16p. Filmogr. ; Ill.
Dossier regroupant une série d’articles sur l’impact de l’oeuvre de Resnais ainsi que sur sa vision. Comprend plusieurs témoignages de ses collaborateurs. Supplément au no 126 du 18 novembre 1997 de la revue « Les Inrockuptibles ».

Benayoun, Robert. Alain Resnais, arpenteur de l’imaginaire. Paris : Stock (Cinéma), 1980, 297p. Bibliogr. ; Filmogr. ; Ill.
Étude de l’emprise du surréalisme sur la pensée d’Alain Resnais ainsi que de ses relations avec ses auteurs. Complétée d’une étude et de trois entretiens consacrés à ses films : LA VIE EST UN ROMAN, L’AMOUR À MORT et MÉLO. Comprend des photos rares et des témoignages inédits.

Blumenberg, Richard Mitchell. The manipulation of time and space in the novels of Alain Robbe-Grillet and the narrative films of Alain Resnais, with particular reference to Last Year at Marienbad. Ann Arbor : Xerox University Microfilms, 1975, 192p. Bibliogr. ; Filmogr.
Thèse abordant le thème du temps et de l’espace dans les films d’Alain Resnais. Appuyée sur l’étude du film L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD.

Estève, Michel. Alain Resnais et Alain Robbe-Grillet : évolution d’une écriture. Paris : Minard (Études Cinématographiques), 1974, 158p. Bibliogr. ; Ill.
La première partie aborde les questions de la couleur et du son véhiculées dans le film L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD, alors que la seconde partie met en parallèle les systèmes esthétiques d’Alain Resnais et d’Alain Robbe-Grillet à travers leurs points de rapprochement et d’opposition.

Leutrat, Jean-Louis ; Liandrat-Guigues, Suzanne. Alain Resnais : liaisons secrètes, accords vagabonds. Paris : Cahiers du cinéma (Auteurs), 2006, 319p. Bibliogr. ; Filmogr. ; Générique ; Ill.
Essai sur l’oeuvre et la vie d’Alain Resnais en établissant de nombreux parallèles entre ses films. Comprend un long entretien avec le cinéaste.

Ravar, Raymond. Tu n’as rien vu à Hiroshima! : un grand film Hiroshima mon amour : Analysé par un groupe d’universitaires sous la direction de Raymond Ravar. Bruxelles : Centre national de sociologie du travail ; Éditions de l’Institut de sociologie, 1962, 307p. Ill.
Analyse des thèmes et du langage cinématographique de HIROSHIMA MON AMOUR. Aborde également l’impact du film face au public. Comprend les commentaires de deux philosophes ainsi qu’un découpage du film.

Thomas, François. L’atelier d’Alain Resnais. Paris : Flammarion (Cinémas), 1989, 363p. Bibliogr. ; Filmogr. ; Ill.
Douze des collaborateurs d’Alain Resnais décrivent la fabrication de ses films. Suivi de ses propos personnels (datant de 1987) dévoilant ses méthodes de travail avec les compositeurs et la place qu’occupe la musique au sein de ses oeuvres. Enfin, on y trouve un compte-rendu de la genèse et du tournage de son film : I WANT TO GO HOME. Tout ceci complété par une trentaine d’illustrations de tournage.

DOSSIERS / PÉRIODIQUES

« Spécial Resnais ». L’Avant-scène du cinéma, no 61-62, juillet-septembre 1966, pp.2-82. Bibliogr. ; Chronologie ; Filmogr. ; Générique ; Ill. ; Biofilmogr.
Numéro consacré à Alain Resnais et son oeuvre. Comprend des articles, le découpage de HIROSHIMA MON AMOUR, VAN GOGH et LE MYSTÈRE DE L’ATELIER QUINZE ainsi que des extraits de la presse française. 

Ciment, Michel. « Alain Resnais et Vous n’avez encore rien vu ». Positif, no 615, mai 2012, pp.86-112. Générique ; Ill.
Ensemble d’articles et d’entretiens relevant la richesse thématique et formelle du film d’Alain Resnais VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU.

Frodon, Jean-Michel. « Coeurs, géographies d’Alain Resnais ». Cahiers du Cinéma, no 618, décembre 2006, pp.80-93. Ill.
Retour sur la carrière d’Alain Resnais à l’occasion de la sortie de son film COEURS. Comprend des articles traitant de la signification du corps
humain, le sens accordé à la neige ainsi que de la sexualité, l’érotisme et le désir dans ses films.

Jean, Marcel. « Alain Resnais ». 24 Images, no 150, décembre 2010 – janvier 2011, pp.4-26. Ill.
Dossier explorant les rapports qu’entretient Alain Resnais avec notamment le théâtre, la culture pop ainsi que l’engagement social et politique. Comprend des notes sur quelques-unes de ses affiches.

Leutrat, Jean-Louis. « Resnais : L’Amour à mort ». Théorème, no 2, 1992, pp.7-140. Ill.
Numéro spécial rassemblant des travaux effectués par de jeunes chercheurs de l’Institut de recherche de l’U.F.R. cinéma et audiovisuel à propos du film L’AMOUR À MORT. Les études réunies abordent l’analyse filmique et les relations entre la musique de Hans Werner Henze, et la bande image.

Thomas, François. « Alain Resnais ». Positif, no 514, décembre 2003, pp.76- 103. Bibliogr. ; Générique ; Ill.
Dossier consacré à Alain Resnais à l’occasion de la sortie de PAS SUR LA BOUCHE.

ARTICLES

Bonneville, Léo ; Soeur Ste-Marie-Eleuthère. « Alain Resnais ou la lutte contre la mort ». Séquences, no 33, mai 1963, pp.32-35. Filmogr. ; Générique ; Ill.
Sur les courts métrages du cinéaste français tournés entre 1948 et 1958 et description de leur esthétique, puis de leurs thèmes récurrents. 

Bouquet, Stéphane. « Resnais, après la guerre ». Cahiers du cinéma, no 531, janvier 1999, p.10. Ill.
En 1947, Alain Resnais filme des peintres de son temps dont Henri Goetz et Christine Boomeester. 

Carou, Alain. « Toute la mémoire du monde : entre la commande et l’utopie ». 1895, no 52, septembre 2007, pp.116-140. Ill.
Étude sur la genèse du film d’Alain Resnais avant le tournage ainsi que sur sa réception par la Bibliothèque nationale de France après sa sortie.

Celeste, Reni. « Love and catastrophe : filming the sublime in Hiroshima mon amour ». Studies in French Cinema, vol. III, no 3, 2003, pp.173-184. Bibliogr.
Étude considérant le film HIROSHIMA, MON AMOUR comme une représentation de la définition de l’amour du philosophe Emmauel Levinas.

Duszynski, Fabienne. « L’heure du thé ». Vertigo, no 41, automne 2011, pp.69-74. Bibliogr. ; Ill.
Étude de l’expérience des héros des films GROUNDHOG DAY de Harold Ramis et JE T’AIME, JE T’AIME d’Alain Resnais, qui perturbent l’espace temps chacun à leur façon.

Fronty, François. « Lumière noire, Les statues meurent aussi de C. Marker et A. Resnais ». CinémAction, no 134, mars 2010, pp.201-205.
Analyse des éléments religieux dans le film LES STATUES MEURENT AUSSI.

Hamel, Jean-François. « L’art de l’illusion : Alain Resnais et le théâtre ». Ciné-Bulles, vol. 31, no 1, hiver 2013, pp.32-35. Générique ; Ill.
Étude sur le rapport qu’entretient Alain Resnais avec le théâtre tout au long de son oeuvre, avec une insistance sur VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU.

Lacassin, Francis. « Alain Resnais et les bandes dessinées ». L’Avant-scène du cinéma, no 61-62, juillet-septembre 1966, pp.51-57. Ill.
Étude sur l’influence de la bande dessinée sur les films d’Alain Resnais.

Lacassin, Francis. « Alain Resnais : the quest for Harry Dickson ». Sight & Sound, vol. 42, no 4 automne 1973, pp.212-217. Ill.
À propos des livres LES AVENTURES DE HARRY DICKSON et le désir sans borne de Resnais d’en faire un film.

Liandrat-Guigues, Suzanne. « En l’absence de paysage… ». Vertigo, no 31, juillet 2007, pp.91-96. Ill.
Analyse sur la présence, voire l’absence, de paysage dans le film COEURS réalisé par Alain Resnais.

Lupton, Catherine. « Terminal replay : Resnais revisited in Chris Marker’s Level five ». Screen, vol. 44, no 1, printemps 2003, pp.58-70.
Analyse du film LEVEL FIVE, hommage du réalisateur Chris Marker à HIROSHIMA, MON AMOUR d’Alain Resnais.

Mandelbaum, Jacques. « Scandales du XXe siècle : Nuit et brouillard, affaire trouble ». Le Monde, mardi 22 août 2006, p.21.
Retour sur le scandale provoqué par la sortie du film NUIT ET BROUILLARD, qui aurait attesté involontairement l’implication de l’État français durant la Shoah. Le film sera également retiré de la compétition à Cannes.

Nicolas, François. « L’étrangeté familière de Muriel : d’un nouage borroméen entre images, mots et musique ». L’Art du cinéma, no 57-58-59-60, été 2008, pp.95-144. Ill.
Analyse des rapports images, mots et musique dans le film d’Alain Resnais, MURIEL OU LE TEMPS D’UN RETOUR.

Oms, Marcel. « Toute l’amnésie du monde : la transmission des savoirs dans l’oeuvre d’Alain Resnais ». Les Cahiers de la Cinémathèque, no 54, décembre 1990, pp.47-51.
À propos de l’importance qu’accorde Alain Resnais à transmettre ses connaissances et ses expériences, spécialement dans son film LA VIE EST UN ROMAN.

Rascaroli, Laura. « The space of return : a topographic study of Alain Resnais’ Providence ». Studies in French Cinema, vol. 2, no 1, 2002, pp.50-58. Bibliogr.
Étude sur l’utilisation de l’espace dans le film PROVIDENCE. L’emphase est mise sur le protagoniste, Clive, qui ne quitte jamais sa propriété.

Rauger, Jean-François. « Reprise : Je t’aime, je t’aime, voyage au coeur du temps avec Alain Resnais ». Le Monde, 4 mars 2003.
Propos sur le fond et la forme de JE T’AIME, JE T’AIME, en mettant l’emphase sur les éléments de science-fiction.

Reader, Keith. « Another Deleuzian Resnais : L’année dernière à Marienbad as conflict between sadism and masochism ». Studies in French Cinema, no 2, 2008, pp.149-158. Bibliogr. ; Ill.
Une interprétation Deleuzienne du film L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD, centré sur la thématique du sadisme et du masochisme. Cet angle se différencie du concept surutilisé du temps-image de Deleuze.

Rosenbaum, Jonathan. « Journals : Paris ». Film Comment, vol. 10, no 2, mars-avril 1974, pp.2, 4-6.
Abordant le tournage de STAVISKY, ainsi que les projets non réalisés d’Alain Resnais. Ponctué des propos du cinéaste.

Schuricht, Eberhard. « Les mésaventures de Harry Dickson ». Vertigo, no 14, janvier 1996, pp.170-181. Bibliogr. ; Ill.
Histoire d’un projet de film non réalisé d’Alain Resnais, adaptation des nouvelles de détectives de Jean Ray : LES AVENTURES DE HARRY DICKSON.

Schutz, Anton. « Mon oncle d’Amérique ». Filmographe : loisirs et culture, no 7, janvier-février 1981, pp.13-26. Bibliogr. ; Filmogr. ; Générique ; Ill.
Analyse du film MON ONCLE ANTOINE d’Alain Resnais : bio-bibliographie d’Henri Laborit, synopsis, personnages, scénario, genre, et descriptions des éléments scientifiques qui caractérisent l’univers de l’oeuvre.

SCÉNARIOS

« Mélo : pièce d’Henry Bernstein : mise en scène d’Alain Resnais ». Avant-Scène Cinéma, no 359, avril 1987, pp.8-73. Ill.
Scénario du film ainsi que des extraits critiques de la presse française.

« Mon oncle d’Amérique ou Les somnambules ». Avant-Scène Cinéma, no
263, mars 1981, pp.3-72. Ill.
Entretien avec A.R. à propos de son film « Mon oncle d’Amérique ». Notes du cinéaste sur treize personnages de ses films. Scénario complet. Extrait de la revue de presse française.

« Providence ». Avant-Scène Cinéma, no 195, novembre 1977, p.3-49.
Bibliogr. ; Filmogr. ; Générique ; Ill.
Scénario complet du film précédé d’une introduction par Jean Collet & Claude Beylie. Comprend une bio-filmographie du scénariste David Mercer et des extraits de la presse française sur le film.

« Stavisky… ». Avant-Scène Cinéma, no 156, mars 1975, pp.3-54. Générique ; Ill.
Introduction au travail de Alain Resnais par Claude Beylie ; la caractérisation des personnages principaux de STAVISKY; scénario complet ; extrait de la revue de presse française.

DOSSIERS DE PRESSE

Dossiers de presse : Alain Resnais / Dossiers films
Dossiers de presse sur le cinéaste Alain Resnais ainsi que des dossiers sur ses films contenant la réception critique de ceux-ci par divers journaux.

« On a mieux saisi les enjeux essentiels des films de Resnais : enjeux esthétiques, historiques et politiques qui plaçaient son cinéma au coeur même de la modernité, cherchant le lien entre tempêtes intimes et soubresauts du siècle, suintant la mélancolie des après-guerres, questionnant le temps et la mémoire, se colletant l’ambition de filmer la pensée et les actes, le mental et la chair, l’abstrait et le concret. »
– Serge Kaganski. Alain Resnais, l’art du jeu. Paris : Les Inrockuptibles,
1997, p.3

« […] le cinéaste a constamment su se renouveler, ne collant jamais tout à fait aux idées qu’on se faisait de lui. Auteur ne scénarisant jamais ses films, intellectuel épris de culture populaire, Resnais cultive le paradoxe, passe de la modernité la plus radicale (Marienbad) au charme compassé d’une opérette (Pas sur la bouche), du contenu politique en creux de Muriel aux problèmes petits-bourgeois de Coeurs. »
– Marcel Jean. « Alain Resnais ». 24 Images, no 150, décembre 2010 –
janvier 2011, p.5

« Il y a de la tactique (art de l’esquive et du contre-pied) dans la manière dont Alain Resnais récuse le général et l’abstrait. Il y a de la stratégie aussi : le savoir des ressources de l’assemblage d’apparents détails, de supposées contingences, pour construire d’amples méditations sans quitter la présence des vivants (Resnais est, d’abord, un monteur génial). Il y a surtout une éthique, et un politique, du fragment, du trivial, pour occuper la place que revendique silencieusement Alain Resnais, vis-à-vis de ses personnages, de ses collaborateurs, de ses spectateurs, de ses contemporains : ni au-dessus ni à côté, une place parmi eux, parmi nous. »
– Jean-Michel Frodon. « Coeurs, géographies d’Alain Resnais ».
Cahiers du Cinéma, no 618, décembre 2006, p.80

Cette bibliographie est sélective en regard des documents disponibles à la Médiathèque Guy-L.-Coté. Pour effectuer une recherche dans les collections en ligne : http://collections.cinematheque.qc.ca/recherche/livres-et-periodiques

Compilé par Magali Painchaud-Boulet, avril 2014.

Télécharger le PDF