La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Médiathèque

Pour accompagner certains programmes, cycles thématiques ou rétrospectives importantes, la Médiathèque prépare des « Repères bibliographiques ». Vous pouvez les consulter ici.

Repères Bibliographiques

№.99, Le baseball au cinéma

Match parfait : le baseball au cinéma Du 18 juin au 10 juillet 2015 « He’s perfect. A baseball player. What could be more American » – Meet John Doe (Frank Capra, 1941). articles Ardolino, Frank. « Ceremonies of innocence and experience in Bull Durham, Field of dreams, and Eight men out ». Journal ofArticle complet

№.98, Ettore Scola

  Scola – La Rétro d’Ettore Du 7 Mai 2015 au 31 Mai 2015 « … je ne crois pas à la distinction entre le cinéma politique et le cinéma non-politique. Tout cinéma est politique. Le « cinéma non-politique » l’est encore plus. » – Carcassonne, Philippe. « Ettore Scola ». Cinématographe, no 31 (octobreArticle complet

№.97, La couleur

  La Couleur, une présentation de Hors-Champ Du 16 Octobre 2014 au 15 Mars 2015 « « La couleur » est un vecteur passionnant pour interroger l’histoire du cinéma, traversant, en les brouillant, les genres, les époques, les supports, les géographies. La couleur permet de faire se croiser des questions industrielles, commerciales et technologiques, desArticle complet

№.96, Maurice Pialat

  Pialat et le Québec Du 14 janvier au 18 mars 2015 « Quand je tourne, je suis efficace, je vais vite… Tout ce que je n’ai pas dans la vie. Mais ça s’enroule autour de ce que je considère comme une imposture, à savoir le cinéma » – Pialat, Maurice. Les inrockuptibles, Hors-série 2004,Article complet

№.95, Éric Rohmer

  Éric Rohmer une bibliographie sélective « Chez [Rohmer], la sophistication des intrigues ou le raffinement des sentiments allaient de pair avec un idéal classique : tant dans l’expression des émotions que dans la narration et la mise en scène, susceptible de toucher un large public. Ce qui ne l’empêchait pas de saisir et d’exprimer,Article complet

№.94, Marguerite Duras, un centenaire

  Marguerite Duras, un centenaire 15 Octobre 2014 au 25 Octobre 2014 «Duras, avec le cinéma, ça a été comme des fiançailles. Une aventure sur plus de trente ans. Elle est passée par toutes les phases, de la révolte au défi, avec une volonté obstinée d’entraîner le cinéma ailleurs qu’en lui-même, dans une autre grammaire,Article complet

№.93, Max Ophuls, la caméra virtuose

  Max Ophuls, la caméra virtuose 02 juillet au 17 juillet 2014 « Max Ophuls était aussi subtil qu’on le croyait lourd, aussi profond qu’on le croyait superficiel, aussi pur qu’on le croyait grivois. Comme il échappait aux écoles, on le tenait pour démodé, désuet, anachronique, sans comprendre qu’il ne traitait que des sujets éternelsArticle complet

№.92, Le cinéma polonais

Le cinéma polonais 14 mai – 31 mai 2014 « Leurs films sont remplis de héros incertains qui cherchent leur place dans un pays en chantier. Leur Pologne, […] est faite de terrains vagues, de routes en travaux, de HLM inachevées et d’avenues qui n’en finissent pas. » – « Kieslowski : carré d’as ».Article complet

№.91, La Cinémathèque québécoise – 50e anniversaire

La Cinémathèque québécoise 50e anniversaire 1963-2013 « L’Antiquité avait de la chance. Son art était de marbre ou d’airain. Le nôtre est de celluloïd, pellicule diaphane qui se désintègre sans prévenir et s’évapore dans l’atmosphère ; qui se suicide par le feu dans son propre appareil et qui en peu de temps abdique ses couleurs. AinsiArticle complet

№.90, Alain Resnais

ALAIN RESNAIS 12 AVRIL – 10 MAI 2014 « Depuis son premier long métrage, Hiroshima mon amour (1959), Resnais s’est placé en marge du cinéma dominant son époque, sous l’influence de la Nouvelle Vague, pour proposer un univers héritier des autres arts (littérature, théâtre, bande dessinée) et profondément ancré dans une culture à la fois classique et populaire. »Article complet

№.89, Gros plan sur la collection : les lanternes magiques

GROS PLAN SUR LA COLLECTION : LES LANTERNES MAGIQUES exposition du 13 mars au 29 juin 2014 ARticles Auzel, Dominique. « La préhistoire du cinéma ». 24 Images, no 67, été 1993, pp.55-61. Ill. Rappel des premiers essais de spectacles cinématographiques qui ont précédé la première projection publique du Cinématographe Lumière en 1895. Bracquemond, Pierre.Article complet

№.88, Orson Welles : l’ogre du cinéma

Orson Welles : l’ogre du cinéma Du 5 mars au 24 avril 2014 « Nous ne connaissons pas Welles, seulement des traces de Welles. Tous les témoignages sur lui, ceux qui surviennent après sa disparition comme ceux qui qui parlaient de lui vivant, disent à peu près ceci : de lui, de son cinéma, de son mondeArticle complet

№.87, Robert Morin

Robert Morin 8 janvier – 14 février 2014 « C’est tout notre cinéma tel qu’il est devenu, dans ses structures comme dans son conformisme, que Morin met à mal, et cela, par une absence de limites et d’autocensure à tous points de vue » – Marie-Claude Loiselle. « Vérités et mensonges d’un documenteur ». 24 images,Article complet

№.86, André Forcier

André Forcier 11 septembre au 11 octobre 2013 « …Un authentique créateur en matière de cinématographie ne se contente pas de calquer le réel, il l’invente. Le grand talent de Forcier est de jouer, non sans périls, avec le réel et l’imaginaire, de manier avec équilibre le quotidien et le fantastique, le vrai et leArticle complet

№.85, La magie des effets spéciaux

Secrets et illusions : La magie des effets spéciaux exposition permanente « …Les trucages naissent de la rencontre fortuite d’un savoir-faire technique et d’une intuition poétique. Roturiers par essence, ils échappent aux attributions d’auteurs et aux étiquetages savants. D’emblée ils s’absorbent dans le patrimoine commun de l’humanité. Ils s’enracinent. De là, sans doute, leur probableArticle complet

№.84, Arnold / Ramsay / Potter

Réalisatrices britanniques Arnold / Ramsay / Potter 05 septembre au 30 octobre 2012 Le travail de réalisatrices telles que Sally Potter Andrea Arnold et Lynne Ramsay est l’un des aspects les plus originaux et intéressants du cinéma britannique contemporain. Toutes se retrouvent dans une interrogation acérée de l’identité, l’appartenance et l’affirmation de soi. Entretients Ciment,Article complet

№.83, Hommage à Colin Low

Colin Low 12 au 14 avril 2012 « Voix majeure du documentaire canadien, technicien hors pair, Colin Low est un humaniste pour qui le cinéma est un outil exceptionnel pour se rapprocher des hommes. Ce faisant, il est un auteur au sens le plus plein du terme, l’un des plus précieux de notre cinéma ». -RobertArticle complet

№.82, Claude Sautet

Claude Sautet 2 février au 15 avril 2012 « Pour gagner (et même bien gagner) sa vie, il aurait pu se contenter de travailler anonymement sur les films des autres, comme il l’a si souvent fait en tant que consultant plus ou moins occulte. Mais une nécessité intime le poussait inlassablement à faire des films,Article complet

№.81, Frederick Wiseman

« Fred Wiseman est un cinéaste singulier et solitaire. Il explore, découvre, propose… Avec des images en mouvement et des paroles captées, sans commentaires ni interviews, il a choisi de nous raconter des histoires qui nous atteignent de plein fouet. Ce sont celles de nos contemporains dans leur quotidien, dans leur humanité. » Marie-Christine Navacelle,Article complet

№.80, Un mois de cinéma japonais

« Ces images [du cinéma japonais], en noir et blanc, en couleurs et/ou en cinémascope, qu’elles soient signées des plus grands noms ou d’obscurs artisans de ces compagnies qui ont fait, pour le meilleur et pour le pire, le cinéma japonais, ont une histoire. Ces images sont chargées d’un lourd et prestigieux passé culturel, ou témoignent au contraire desArticle complet

№.79, Marco Bellochio

« Tout au long de sa carrière, comme l’avait montré le festival de Locarno en 1998, Marco Bellocchio a réalisé une dizaine d’œuvres que l’on qualifiera de documentaires et qui regroupent tout à la fois films essais, films militants, films enquêtes. Parfois, le même film emprunte à chacun de ces genres. On y retrouve les thèmes récurrentsArticle complet

№.78, Le Western crépusculaire

<< Le western crépusculaire représente-t-il un sous-genre, la mort d’un genre ou son destin naturel ? Cette tendance est d’abord annoncée par le réalisateur Sam Peckinpah qui, du baroque des ses premiers films à la violence chorégraphique de LA HORDE SAUVAGE, propose un regard neuf du singulier. La mythologie de la frontière, l’idée fondatrice duArticle complet

№.77, Jean-Claude Labrecque

« Si tu tournes exactement ce que tu as écrit, ton documentaire sera raté parce que tu ne te seras pas laissé prendre par l’atmosphère, parce que tu auras refusé ce qui s’est passé pendant le tournage. Pour réussir un documentaire, il faut aimer les gens avec qui on tourne, les aimer d’une façon terrible, avoirArticle complet

№.76, Cinéma et photographie

« Le fantastique au cinéma n’est permis que par le réalisme irrésistible de l’image photographique. C’est elle qui nous impose la présence de l’invraisemblable, qui l’introduit dans l’univers des choses visibles. » – André Bazin. Qu’est-ce que le cinéma? Télécharger le pdf

№.75, Raymond Depardon

« Par le long travail d’exorcisme auquel il se livre face à ses propres peurs, ses propres réticences, Depardon invente de film en film une approche à la fois originale et ancrée dans une histoire du cinéma depuis ses origines. Venu d’un ailleurs social, culturel et professionnel (la photo, le reportage, la ferme), il ouvre,Article complet

№.74, Spike Lee

« Spike Lee est sans conteste le cinéaste noir incontournable des décennies 80 et 90. Avec plus d’une quinzaine de films à son actif depuis 1986, ce précurseur talentueux occupe une place résolument à part au sein de la nouvelle génération des cinéastes noirs. Pionnier et porte-drapeau de ce qu’il est convenu d’appeler le «Article complet

№.73, Le Road-Movie

« Le cinéma ne pouvait rester imperméable à cet esprit du temps, aux changements profonds en train de s’opérer et, à la suite de la littérature, de la musique, du théâtre et des arts plastiques, en témoignera. Il en résultera la naissance d’un genre pas moins que nouveau : le road movie. L’année même deArticle complet

№.72, Jacques Demy

« Si Jacques Demy était un arbre, ce serait un arbre gémeau : un cupressus et un mimosa. Parce qu’ils ne perdent pas leurs feuilles en hiver, parce qu’ils résistent aux vents marins, parce qu’ils sont classiques. Le cupressus solide et sombre, bien implanté, compact et sérieux et le mimosa qui donne à la BretagneArticle complet

№.71, Juliette Binoche

<< …On retrouve, depuis des années, dans le parcours de Juliette Binoche sinon une morale, du moins une aspiration. Les rôles qu’elle interprète sont toujours en harmonie avec une certaine idée de vérité, de liberté ; on la sent guidée par une quête d’absolu. « Le besoin du sacré, je l’ai toujours ressenti, dit-elle. Cela seArticle complet

№.70, Andrzej Wajda

« Je ne connais pas Wajda. Pourtant, depuis que j’ai vu son film, UNE FILLE A PARLÉ, nous sommes amis, et je serais fier et heureux de lui serrer la main. Wajda est en effet, à ma connaissance, le seul metteur en scène avec Lizzani à avoir, depuis BLOCKADE, certains films de Borzage et du cinémaArticle complet

№.69, Le cinéma chinois

« À l’aube des années 80, les réformes et l’ouverture de la Chine ont permis au cinéma chinois de s’ouvrir sur le monde. Le nouveau cinéma chinois né de ces réformes n’est pas seulement la manifestation d’une simple volonté de modernisation technologique, il est aussi la manifestation du désir de sortir de l’isolement pour participer,Article complet

№.68, Jia Zhang-Ke

« Jia Zhang-ke, qui, à l’âge de dix-huit ans, entra à l’école des beaux-arts de Taiyuan, dit volontiers que sa façon de déployer de longs et lents panoramiques est une manière de renouer avec les rouleaux de la peinture classique chinoise que l’on déroulait dans l’espace. Il n’est pas interdit de penser que celui qui,Article complet

№.67, Johnnie To

« [L’]œuvre [de Johnnie To] s’affirme comme l’une des plus intéressantes de Hong-Kong. Son approche, qui concilie le film de genre et l’expression d’une position d’auteur, débouche avec ÉLECTION 1 et 2 sur un véritable film politique. Johnnie To affirme son style en reliant constamment visions de groupe et portraits plus intimes, un style caractérisé par la noirceur comme parArticle complet

№.65, Philippe Noiret

« Le talent et la sagesse ont fait en trente ans de Philipe Noiret l’une des figures les plus solides du cinéma français. Serait-il le Raimu des années 80? Il en a en tout cas la carrure…» « La carrière cinématographique de Philippe Noiret commence tard, précédée d’une enrichissante expérience théâtrale (…) En fait toutArticle complet

№.64, Claire Denis

« Claire Denis dérange en raison de son attention aux Africains décolonisés, appauvris ou prolétarisés, aux Antillais détenteurs d’une culture qui fait place à l’irrationnel. Elle assume ses sympathies, elle a été en première ligne des cinéastes qui se sont groupés pour demander, en 1997, la régularisation des Sans Papiers. Certes. Mais elle inquiète pour quelqueArticle complet

№.63, Sport et cinéma

Télécharger le pdf

№.62, Cahiers du cinéma

« Au cours des années 50, les rédacteurs de cette revue privilégient le cinéma classique, incarné presque essentiellement par le cinéma américain, et combattent ardemment le cinéma dit de Qualité française. Ils créent l’expression «Politique des auteurs » et des critiques comme Claude Chabrol, François Truffaut, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette et Éric Rohmer la défendentArticle complet

№.61, Jean-Louis Trintignant

En 1956, dans ET DIEU…CRÉA LA FEMME, Jean-Louis Trintignant, jeune acteur inconnu, à l’accent légèrement méditerranéen, donnait la réplique à Brigitte Bardot. Ce film lui apporta instantanément une notoriété à laquelle il ne s’attendait pas. De jeune premier, il était devenu un nom, une tête d’affiches. Au grand plaisir des cinéphiles, voilà bientôt 50 ansArticle complet

№.60, Jean-Pierre Lefebvre

Depuis un peu plus de 40 ans, Jean Pierre Lefebvre apporte au paysage cinématographique québécois une couleur d’indépendance, faite de choix esthétiques radicaux, d’humanisme non sentimental et de distanciation critique. Malgré les apparences, il tourne le dos au réalisme de l’image pour en faire surgir sa propre réalité. Cette démarche exigeante, qui accorde la priorité àArticle complet

№.59, Pier Paolo Pasolini

Télécharger le pdf

№.58, Agnès Varda

Télécharger le pdf

№.57, Arthur Lamothe

№.56, John Huston

Télécharger le pdf

№.55, Chris Marker

Télécharger le pdf

№.54, Raoul Barré et le cinéma d’animation américain des années 10

Télécharger le pdf

№.53, Aki Kaurismäki

Télécharger le pdf

№.51, Bourvil

Télécharger le pdf

№.50, Co Hoedeman

Télécharger le pdf

№.49, Alain Resnais

Télécharger le pdf

№.48, Marlene Dietrich

Télécharger le pdf

№.47, Kon Ichikawa

Télécharger le pdf

№.46, Alfred Hitchcock

Télécharger le pdf

№.45, Buster Keaton

Télécharger le pdf

№.44, Image de la ville dans les films

Télécharger le pdf

№.43, Robert Bresson

Télécharger le pdf

№.36, Le Western

Télécharger le pdf

№.35, John Ford

Télécharger le pdf

№.34, Georges Méliès

Télécharger le pdf

№.32, Histoire de la télévision

Télécharger le pdf

№.114, Alanis Obomsawin

Alanis Obomsawin : Prix Albert-Tessier 2016 Du 09 mars au 05 avril 2017 « Partie prenante à une démarche d’inscription identitaire dans le paysage contemporain, les films d’Alanis Obomsawin se posent comme des jalons sur un parcours de reconnaissance d’une parole dont les traces ont été partiellement effacées mais dont les échos se font encore entendreArticle complet

№.113, Claude Miller

Rétrospective Claude Miller Du 06 au 23 mars 2017 « Claude donne le sentiment d’une vie accomplie, dans une passion qui l’a nourrie au gré de multiples expériences, avec le courage constant d’aller au plus près du gouffre, dans la zone obscure des passions, des violences, des nœuds douloureux où se construit l’identité. Il y aArticle complet

№.112, Fritz Lang

Lang parlant Du 01 au 18 février 2017  ARTICLES Bellour, Raymond. « Cagliostro, Mabuse : du regard romantique ». Trafic, no 48 (hiver 2003), pp.89-113. Bibliogr. Réflexions sur le récit filmique, le récit littéraire et la mise en scène chez Friz Lang sous forme de dialogue fictif entre Dieu et les personnages de Mabuse etArticle complet

№.111, Alain Tanner

 Rétrospective Alain Tanner Du 10 au 29 Janvier 2017 « Même si force est de constater que la marginalité n’est pas un phénomène nouveau, qu’elle est de toute époque, de toute société, elle hante la cinématographie de cet utopiste [Alain Tanner]. Mais pour ce cinéaste des différences, la rupture et la parenthèse seraient surtout l’occasionArticle complet

№.110, Autour de la restaurations des films

Restaurations récentes Du 07 au 21 Décembre 2016 « Le restaurateur doit toujours garder conscience du fait qu’il travaille sur une oeuvre avec un certain décalage temporel, pour ne pas tomber dans le piège de la « modernisation ».  – Pinel, Vincent. « Pour une déontologie de la restauration des films » Positif, no 421 (mars 1996),Article complet

№.109, André Melançon

André Melançon, le géant bienveillant Du 01 Novembre au 18 Décembre 2016 « D’abord, c’est le plaisir de raconter une histoire. Et c’est aussi le plaisir, tout aussi vrai, de raconter cette histoire en gang. Les événements, les moments importants, qui ont provoqué des changements dans ma vie ont été apportés à travers des histoiresArticle complet

№.108, Michelangelo Antonioni

Rétrospective Antonioni Du 16 Septembre au 05 Octobre 2016 « Cest parce que vous êtes un artiste que votre oeuvre est ouverte au Moderne […] Commencée au lendemain de la dernière guerre, votre oeuvre est ainsi allée, de moment en moment, selon un mouvement de vigilence double, au monde contemporain et à vous-même ; chacunArticle complet

№.107, Érotisme et cinéma

Une histoire de l’érotisme Du 07 Juillet au 31 Août 2016 « Le cinéma n’a pas inventé le lien qui lie l’interdit à l’érotisme, il l’a inventorié et enrichi de représentations infinies ». – Audé, Françoise. « Cérémonies nocturnes pour belles d’aujourd’hui ». Positif, no 521-522 (juillet-août 2004), p.17. Dossiers « L’Érotisme au cinéma ».Article complet

№.106, Nouvelle Vague

Nouvelle Vague Du 25 Juin au 07 Juillet 2016 « La Nouvelle Vague s’éloigne de nous, dans le temps. On la perçoit désormais comme un moment de cinéma « qui est entré de plain-pied dans l’histoire de l’art ». Envisagé comme tel, au même titre que le néoréalisme, l’expressionnisme, le réalisme poétique. Elle est pourtant toujours proche.Article complet

№.105, Les avant-gardes muettes

 Les avant-gardes muettes Du Vendredi 06 Mai 2016 au Vendredi 20 Mai 2016 « Ballet mécanique est certainement, avec les premiers Man Ray, parmi les films les plus radicaux de déconstruction du cinéma. Une systématicité y est à l’oeuvre dès les premières images qui intérrogent les composants du film (à commencer par l’espace perspectif queArticle complet

№.104, Francis Mankiewicz

Francis Mankiewicz : Le présent antérieur Du 02 au 10 mars 2016 « [Le Temps d’une chasse] va paver la voie à un cinéma où tout sera toujours particulièrement juste, du jeu des acteurs à l’emplacement de la caméra. Au fil des œuvres, Mankiewicz s’imposera comme cinéaste de l’émotion. Plutôt que de filmer l’action, il s’intéresseraArticle complet

№.103, Bertrand Blier

Bertrand Blier, l’affectueux misanthrope Du 20 janvier au 14 février 2016 « C’est vrai que je prends plaisir à brouiller les altitudes dans mes films, à user de non-sens, multiplier les culbutes; vrai encore que je détonne au milieu des autres cinéastes français, tout simplement parce que, bien qu’étant un metteur en scène français, travaillantArticle complet

№.102, Stéréoscopie : Voyage au coeur de la troisième dimension

Voyage au coeur de la troisième dimension Du 13 au 20 décembre 2015 « La question du cinéma en trois dimensions renvoie inévitablement à l’idée même du cinéma en ce qu’il extériorise une propriété fondamentale de celui-ci : la représentation illusoire de la profondeur. En cherchant à franchir le seuil de la représentation en deuxArticle complet

№.101, Robert Frank

Rétrospective Robert Frank Du 08 au 23 octobre 2015 « En quête perpétuelle d’authenticité, Robert Frank manie la caméra photo-cinématographique avec un esprit aussi libertaire que personnel. Au coeur de tous les paradoxes – oscillant entre documentaire et fiction, subjectivité et objectivité, humour et gravité – l’oeuvre de Robert Frank se nourrit essentiellement des expériencesArticle complet

№.100, Le cinéma roumain

La Roumanie vue par ses films Du 24 septembre au 30 octobre 2015 « Nous sommes une nouvelle génération de réalisateurs qui avons commencé par faire des courts métrages. De fait, cela a constitué une nouvelle façon de penser le cinéma, une façon moderne. D’un point de vue artistique, je pense qu’on est influencé parArticle complet