La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Dossiers sur les collections

LES BIOGRAPHIES > Maurice Blackburn

BLACKBURN, Maurice, musicien, réalisateur (Québec, 1914 – Montréal, 1988). Il étudie en musique à l’Université Laval et au Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre, à Boston, puis entre à l’ONF en 1942. Après la guerre, il étudie la composition avec Nadia Boulanger. Doyen des musiciens de films de l’ONF, il se révèle un expérimentateur infatigable et un compositeur prolifique. Auteur des trames sonores et musicales de dizaines de films, il travaille autant en documentaire qu’en animation, de même qu’à des longs métrages dramatiques. Pendant plus de trente ans, il collabore avec Norman McLaren, pour lequel il compose notamment les musiques des courts métrages A Phantasy (1952), Blinkity Blank (1955), Le merle (1958), Ligne verticale (coréal. E. Lambart, 1960), Pas de deux (1967) et Narcissus (1983). Il écrit également la partition musicale des Mains nettes (C. Jutra, 1958), Les petites sœurs (P. Patry, 1959, m. m.), La canne à pêche (F. Dansereau, 1959, c. m.), Jour après jour (C. Perron, 1962, c. m.), Les filles du roy (A. C. Poirier, 1974, m. m.), Mourir à tue-tête (A. C. Poirier, 1979) et Cordélia (J. Beaudin, 1979). En 1969, il réalise et produit le court métrage Ciné-crime avec l’écran d’épingles Alexeïeff-Parker. Il reconstitue un fait divers en utilisant la bande sonore comme principal support à la narration.

Sa musique, très diversifiée, puise autant aux sources folkloriques qu’à celles du néoclassicisme moderne et de la musique actuelle. Blackburn souligne la manière paradoxale dont l’activité musicale est organiquement liée à l’ensemble des éléments audiovisuels. Il admet qu’il a « souvent l’impression d’exercer son métier sans pourtant se satisfaire pleinement » comme musicien. Et il considère que la musique de film est inséparable de l’œuvre cinématographique. « C’est peut-être parce que je conçois le cinéma comme un opéra qu’il m’est difficile de penser aux images, aux bruits, au commentaire, à la musique, comme si ces éléments pouvaient être compartimentés, isolés les uns des autres. » Blackburn obtient le prix Albert-Tessier en 1983.

BIBLIOGRAPHIE

BLACKBURN, Marthe, BLACKBURN, Maurice et Norman McLaren, Six formes musicales audiovisuelles, Jeunesses musicales du Canada, Montréal, 1967. DISCOGRAPHIE : Six formes musicales, Jeunesses musicales du Canada, Club du Disque, CDJMC-7, 1967 • Musiques de l’ONF, volume I, ONF, Montréal, 1977 • Bande originale de Narcissus (Norman McLaren), Séquences, n° 115 (disque complétant le dossier Maurice Blackburn), 1984 • Maurice Blackburn. Filmusique. Filmopéra, Phonothèque québécoise/ ONF, Analekta AN 2 75005-6,1996. (Réal La Rochelle, Le Dictionnaire du cinéma québécois)

Dossier réalisé avec la collaboration de