La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Dossiers sur les collections

Préambule

Quand arrive l’an 1900, Raoul Barré (1874-1932) mord dans le siècle nouveau avec un appétit évoquant parfois celui de l’épicurien, parfois celui du gastronome. Ce fils de famille bourgeoise importatrice de vin de messe, cet artiste ambitieux formé à Paris aux Beaux-Arts, cet inventeur de génie, ce Québécois visionnaire et audacieux s’illustre aux endroits où s’annoncent les idées modernes. Les cinéphiles le connaissent comme pionnier de l’animation. Peintre coté dans les salons d’art, il fait aussi sa marque dans l’édition, il participe à l’essor de la presse à grand tirage, il signe des bandes dessinées, des caricatures. Cet homme est aussi un bon vivant, respecté et aimé par ses proches.

En 2004, la Cinémathèque québécoise a présenté une grande exposition consacrée à tous les talents de Barré : peinture, illustration, bande dessinée et cinéma. À l’origine de ce projet eut lieu l’acquisition d’une importante collection de documents et de dessins d’art que conservait la nièce du cinéaste, Madame Marie-Paule Barré, décédée depuis. Ce don nous a permis d’avoir une image plus claire de la vie de l’artiste. De plus, comme Mme Barré avait séjourné à New York en 1927 et avait vu son oncle travailler au studio de Pat Sullivan, producteur des Félix le chat, elle devenait à nos yeux un témoin précieux.

Comme Barré a beaucoup voyagé, qu’il passait constamment d’une discipline à l’autre, et comme aussi bien les arts « nobles » que les arts dits populaire font partie de son parcours, il n’a rarement eu droit à une biographie recensant l’ensemble de son œuvre. Étudier Barré exige de faire appel aux connaissances de spécialistes de plusieurs disciplines afin de poser sur l’œuvre un regard global et transversal.

Ce dossier constitue une forme enrichie d’une biographie que nous avions publiée à l’occasion de l’exposition de 2004. Pour la partie se rapportant aux beaux-arts, nous avons fait appel à l’historien de l’art Laurier Lacroix.

… Lire la suite › Minimiser
La Baigneuse. Raoul Barré, 1913. Huile sur toile, 51 x 63,6 cm © Musée national des Beaux-arts du Québec – 1934.02
Section 1 : « L’illustration et les beaux-arts, une expression de la modernité », par Laurier Lacroix.
« Baptiste sous le Carcan », Le Taureau, 1er mai 1930. Caricature de Raoul Barré, qu’il signe sous le pseudonyme « É. Paulette ». Coll. Cinémathèque québécoise : 1999.0004.PU
> Section 2 : « L’essor de l’imprimé, la circulation des idées », par Marco de Blois.
Scénario de Raoul Barré pour le projet de film d’animation Microbus 1er (non réalisé). Français, env. 30 pages. Coll. Cinémathèque québécoise : 1987.0543.06.SC
> Section 4 : « Toujours à l’avant-garde », par Marco de Blois.
Règle à ergots. Invention de Raoul Barré. Coll. Cinémathèque québécoise : 2005.0026.OB.01.
> Section 3 : « Le cinéma, puissante machine du XXe siècle », par Marco de Blois.