La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Anciens périodiques

Le cinéma est un moyen

Artiste, femme, Québécoise, je me suis d’abord vécue comme trois fois colonisée, comme à l’envers des trois pouvoirs : physi­que, rationnel, économique. Je me suis ensuite perçue comme l’envers même de la culture, du progrès et de l’éphémère.

Il fallait donc entreprendre le siège du quotidien.

Il me fallait piéger tant bien que mal et là où c’était possible, les fabricants d’enfer. Dénoncer les rengaines qui enferment l’amour dans la peine, le pouvoir dans l’argent. Tout est politique. Tout ce que je fais, tout ce que je suis, est collectif, paradoxalement. Il me fallait assumer mon individualité comme un grand groupe sauvage d’histoire, de parents, d’amis, d’en­nemis qui se parle à lui-même et finit par agir.

Puis, émerger : j’émerge en ce moment de ce grand groupe in­térieur comme la mer derrière les vagues, la durée derrière ce qui passe.

Femme, artiste, Québécoise, je commence à peine à vivre, en hauteur, en largeur et en profondeur. J’aime la lumière, le son, les petits êtres dans les grands espaces. Le cinéma est un moyen.