La Cinémathèque québécoise

Collections en ligne

Ce site est rendu possible grâce à la fondation Daniel Langlois

Anciens périodiques

Télécharger pdf

Clint Eastwood et Geneviève Bujold ou Pierre et Lucie

Tournage de LUC OU LA PART DES CHOSES de Michel Audy Coll. Cinémathèque québécoise
Tournage de LUC OU LA PART DES CHOSES de Michel Audy
Coll. Cinémathèque québécoise

En dix longs métrages et quelques courts métrages de fiction, j’ai eu à diriger au-delà d’une cinquantaine de comédiens non professionnels et quel­ques professionnels. Dans certains cas, une distribution de non-professionnels était un choix; dans d’autres cas, c’était imposé par des contraintes budgétaires. L’utilisation de ces deux types de comédiens représente deux expériences différentes, bien que dans les deux cas, la conception de la direc­tion du comédien et de sa partici­pation à une oeuvre reste exactement la même. Nous savons tous que cer­tains films reposent sur la perfor­mance du comédien, d’autres sur la performance du scénario, d’autres encore sur la performance de la caméra. Ce qu’on pourrait qualifier de bon film serait le film qui réunirait toutes ces performances. Quant à moi, le comédien n’est ni plus ni moins im­portant qu’une autre section de l’équipe globale d’un film. Quand cinquante personnes, techniciens et comédiens, travaillent ensemble à la confection d’un film, sous la direction d’un réalisateur, c’est comme un grand orchestre symphonique dans lequel chaque groupe d’instruments, cordes, cuivres, bois, sont aussi impor­tants les uns que les autres. Le co­médien, comme chacun des membres de l’équipe a sa part de responsabilité dans l’interprétation.

Dans l’ensemble de la réalisation d’un film, le comédien représente un instrument. C’est lui qui va prêter sa voix, son corps et ses émotions pour incarner un personnage conçu par un autre et qui va interpréter ce person­nage dans le sens conçu par le réalisa­teur. Le comédien professionnel et non professionnel a la même fonc­tion. Pourtant, de grandes différences s’établissent entre ces deux types de comédiens. Le professionnel a acquis une formation. Il possède les ressour­ces techniques qui vont l’aider à donner sa performance. Il va donc tra­vailler plus vite et avec plus de jus­tesse. Il n’aura pas à être guidé pas à pas. À ce niveau, le professionnel oeuvre avec une certaine latitude. Il pourra aller jusqu’à interpréter un personnage dont la personnalité est complètement à l’opposé de lui-même. Le non professionnel est un phéno­mène tout à fait contraire. Il n’a pas de formation technique; il n’a pas l’expé­rience du jeu, il ne possède que ses propres ressources: sa personnalité et sa sensibilité. Au niveau de la direc­tion, il faudra le guider pas à pas. Il faudra l’avoir choisi parce qu’il ressemble psychologiquement au personnage qu’on lui confie. La direc­tion de comédiens non professionnels exige de la part du metteur en scène une approche et une méthode de travail différentes.

Les critères de sélection

Dans un scénario de film, un personnage possède une structure psy­chologique qui suggère l’aspect physi­que qu’il doit avoir. C’est ce que l’on appelle la gueule de l’emploi. Peut-être ne faut-il pas accorder plus d’impor­tance qu’il ne faut à ce critère, mais il reste que c’est une première piste pour trouver la personne qui convient. Il a déjà fallu retarder de six mois le tour­nage d’un long métrage parce que le scénario exigeait quelqu’un de physi­quement particulier et que cette personne était introuvable. Dans un autre cas, nous avions trouvé un indi­vidu dont l’aspect physique corres­pondait parfaitement au personnage, mais qui, hélas, après une semaine de répétition, s’est avéré incapable de jouer.

Le critère de sélection le plus fondamental, c’est l’adéquation entre la personnalité du comédien non professionnel et celle du personnage. Le secret : ne pas forcer le non professionnel à jouer. Le comédien ne fera alors référence qu’à lui-même, qu’à ses propres émotions pour rendre ce qu’on lui demande. Bien sûr, les professionnels le font également; mais c’est encore plus indispensable pour le non professionnel parce qu’il s’agit d’en arriver à ce qu’il se joue lui-même. Il faut, par ailleurs, s’assurer que l’individu choisi n’entrera pas en conflit avec les valeurs véhiculées par le personnage. Sur tous ces points, l’expérience nous a appris que le tour­nage d’un bout d’essai est essentiel, tant pour mesurer nos intuitions que pour prévoir les difficultés — qui commanderont un rodage particulier.

La direction sur le plateau

Avant le tournage, le comédien non professionnel est soumis à un apprentissage condensé : contrôle de la voix, geste, démarche, etc… L’explication d’aspects cinématographiques (image, cadrage, perspective sonore) lui sera d’une grande utilité pour comprendre ce qu’il doit faire. Comme il a été choisi pour sa ressemblance (person­nalité et sensibilité) avec le person­nage, le point de départ sera sa spon­tanéité. Quand on commence à travailler le personnage, je le laisse faire, sans indication. De cette manière, il s’exprime naturellement et sponta­nément. À partir de cela, de lui, la di­rection consiste à ajouter les nuances et les contrastes voulus. C’est, pour ainsi dire, un travail de modelage à partir d’un matériau de base. Dans ce sens-là, le non professionnel n’a pas l’impression qu’on le force ou qu’on l’encadre; il perçoit le metteur en scène comme un guide sur un sentier qui lui est déjà familier, celui de son émotion. Il ne s’agit nullement d’improvisation. Au contraire, des indications précises viennent moduler le premier jet. Dans cette phase préliminaire au tournage, il arrivera que certains éléments du scénario soient modifiés pour les adapter au comédien; mais, une fois cette mise en bouche accomplie, les modifications sont rares : à moins que sur le plateau, n’arrivent des “ac­cidents heureux”.

Durant le tournage, le travail avec des non professionnels est souvent entravé par l’absence d’expérience, de discipline technique. La réalisation d’un plan exige de la caméra, du son, de l’éclairage et du comédien le respect de repères (eue) précis, les­quels doivent être invariablement répétés d’une prise à l’autre. Le non professionnel trouve évidemment dif­ficile de se concentrer sur son jeu tout en retenant les dix-huit points de repè­re exigés par une prise de vue de cin­quante secondes : déposer son verre à tel mot, se déplacer de tant de pas, etc… Cette difficulté d’ordre technique peut ralentir le travail et parfois affec­ter la qualité recherchée.

Sur le plateau, la direction de non-professionnels exige une attention constante: l’état de fatigue et d’émo­tion du comédien compte pour beau­coup. L’expérience m’a montré qu’on ne peut répéter le même fragment de scène plusieurs fois. La principale qualité du non professionnel reposant sur sa spontanéité, il faut faire en sorte d’obtenir la performance en moins de cinq prises. La majorité des comédiens expérimentés peuvent redonner la même intensité plusieurs fois. Le non professionnel n’y arrivera pas : lorsqu’il a atteint le “climax”, il a tout donné. Pour lui, le moment est

passé, vécu, consommé et il ne possède pas la formation technique pour le reproduire une fois de plus. Il arrive que dans certaines scènes à haute intensité dramatique, je ne fasse pas de répétition ni ne montre le plateau au comédien avant qu’il ait à jouer. C’est un risque calculé qui demande une souplesse technique, mais qui a souvent réussi. Il faut parfois provoquer pour obtenir des réactions profondes, vives, sponta­nées.

Le non professionnel a énormément de difficulté à fragmenter son jeu. Si on veut obtenir quelque chose, il faut le sécuriser par la continuité. Une méthode de tournage efficace consiste à faire jouer toute la scène et, pendant qu’elle se déroule, prendre les cadra­ges décidés au découpage technique.

On répète cette méthode dans deux ou trois angles selon les exigences de la mise en scène. Ainsi le comédien n’a pas interrompu son jeu pour un chan­gement de plan et peut, grâce à la con­tinuité, développer l’émotion.

L’utilisation de comédiens non professionnels a une influence sur la manière de pratiquer le cinéma. Dans mon cas, puisque je suis à la caméra, je colle pas à pas au jeu des comédiens — il m’arrive, pendant le déroulement d’un plan, lors d’un fragment que je sais inutile au montage, de leur parler. Il faut toutefois prendre garde à ne pas faire de compromis au niveau de la réalisation parce que les comédiens sont inexpérimentés. Il s’agit plutôt d’adapter sa méthode de travail afin de parvenir à ce que l’on veut. Le genre d’écriture cinématographique que j’utilise favorise en ce sens l’em­ploi de comédiens non professionnels. Un cinéma très découpé permet d’ac­centuer la densité du jeu: la perfor­mance alors dépend autant de la signi­fication de chacun des plans que de leur enchaînement. Le plan-séquence, par exemple, exigera de la part du co­médien un jeu sans faille puisqu’il ne profitera pas du morcellement du dis­cours qu’apporte le cinéma découpé.

La véritable direction de comédiens s’exerce au montage. Celui-ci peut faire et défaire le jeu. Il permet un contrôle précis sur le rythme: il arrive qu’on doive tout reconstruire sur la table de montage; retravailler l’image et le son pour recréer le tempo, la res­piration, la vie. C’est cependant le travail de l’atelier; le public n’a pas à le connaître: il sera bientôt face à l’écran et tout ce qui compte c’est qu’il croit au film.

Le cinéma d’abord et avant tout s’adresse à l’oeil. Les gens qu’on présente sur l’écran doivent, au plan visuel, avoir du caractère. Quand on écrit un scénario, qu’on y travaille pendant plusieurs mois, on finit par connaître tellement les personnages qu’un beau jour, voyant quelqu’un dans la rue, on se dit: c’est lui! Certes, il risque de s’en suivre beaucoup de travail avec des gens qui n’ont aucune expérience. Sur le plan humain, il faut d’abord tenter de les connaître le plus possible pour ne pas leur demander d’être trop autre qu’eux même. Même s’il faut parfois donner des cours de diction et d’expression, la présence, le jeu et la spontanéité des comédiens non professionnels sont souvent très gratifiants.

À Paris, LE MARGINAL, film poli­cier avec Jean-Paul Belmondo, a enre­gistré 700,774 entrées en moins de 15 jours. Question : de quelle couleur sont les yeux du réalisateur? — De source généralement bien informée, on apprend par ailleurs que Michel Audy tournera son prochain film avec des comédiens professionnels. — 

Michel Audy